Aller de l'avant : mettre fin à la crise des surdoses

Au-delà de la COVID-19

VISIONNEZ LA VIDÉO

Des dialogues de communauté, rapprochant les Canadien-nes pour réaliser une vision partagée du changement, qui aidera à répondre à la crise des surdoses. Choisissez parmi les communautés sur la carte ci-dessous pour découvrir les enjeux et les personnes au centre de cette crise – et les solutions possibles. #AllerDeLavant

En savoir plus

Le plus récent billet de blogue

Pourquoi décriminaliser les drogues?

« J’ai arrêté de consommer des drogues dangereuses de façon dangereuse dès la première fois que ma consommation de drogues a été traitée comme un mode de survie, un problème de santé, plutôt que comme un crime. »

Une coalition d’organismes locaux et nationaux de réduction des méfaits et de politiques sur les drogues cherche des solutions à la crise des surdoses au Canada, lors du tout premier dialogue de santé publique d’Ottawa sur la hausse des décès dus à la toxicité des drogues et les solutions de politiques

Les décès liés aux opioïdes ont presque doublé à Ottawa pendant la pandémie de COVID-19.

Nous sommes plus que vous le pensez…

Écoutez-nous ! Nous sommes vos enfants, nous sommes vos parents, nous sommes vos frères et sœurs. On a besoin que ça change maintenant.

Une guerre contre la drogue ou une guerre contre le peuple ?

Si assez de personnes se regroupent pour défendre les personnes qui consomment des drogues et collaborer avec elles dans le but de promouvoir une réforme de la politique en matière de drogues ainsi que des solutions efficaces à l’épidémie des intoxications par la drogue, nous pourrons voir un changement social profond dans notre communauté.

Ne me prenez pas pour un projet, car je suis, comme vous, une personne.

Vous remettez en question mon comportement, vous ignorez mes questions, vous refusez de m’offrir de l’aide, vous m’emprisonnez, vous faites des choix pour moi, vous m’empêchez de guérir.

Une partie de moi

La dépendance fait partie de moi. Donc prenez le temps de m’écouter et peut-être que vous apprendrez un peu mieux qui je suis vraiment.

Des organisations locales de réduction des méfaits et de promotion des politiques en matière de drogue cherchent des solutions à la crise des surdoses à Hamilton lors du tout premier dialogue de santé publique sur les décès causés par la toxicité des drogues et le changement de politique.

Des représentants éminents de la santé publique ont indiqué leur soutien à un « approvisionnement sûr » et à la décriminalisation.

Montréal : Recommandations pour le changement

« Il y a un problème d’accès aux données [et] la stigmatisation est l’un des obstacles à l’obtention de ces données. Les événements vécus sur le terrain sont entourés de brouillard. Je vois cela comme un obstacle à la prise de bonnes décisions. »

Soif d’action : sommaire du dialogue sur la santé publique de Montréal

La stigmatisation et un manque de connaissances sur les déterminants sociaux de la santé ont été identifiés comme des obstacles à l’action.

Dès que j’ai été identifiée…je suis devenue l’objet d’un dossier médical

Aujourd’hui, je trouve la liberté par l’amour et mon but par le sacrifice et le service

« Des arrestations policières ne peuvent pas faire cesser une crise d’opioïdes. »

Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada (La Presse Canadienne, 23 août 2020)

« Il faut un endroit où l'on peut consommer en sécurité, et il faut une drogue sûre à consommer. »

Matt Bonn, Canadian Association of People Who Use Drugs (CBC, 6 octobre 2020 / Crédit photo : Caora McKenna)

« Les données nous montrent que les sites et services de consommation supervisée sauvent des vies et peuvent permettre aux personnes qui consomment des drogues d’avoir accès à des services sociaux et de santé ainsi qu’à des traitements. »

Patty Hajdu, ministre de la Santé du Canada (La Presse Canadienne, 20 août 2020)

« Nous devons consacrer autant de temps, d'efforts, de gentillesse et de compassion à prendre soin des personnes qui consomment des drogues que nous avons réussi à le faire pour répondre à la crise du COVID-19. »

Dre Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique (Global News, 16 juillet 2020)

« La valeur d’une personne n’est pas basée sur les substances qu’elle met dans son corps et les refouler n’aide surtout pas. »

Erica Thomson Peer Coordinator at Fraser Health

Erica Thomson, Coordinateur du soutien (Santé Fraser, 14 mai 2018)

« Stigmatiser et criminaliser les personnes atteintes de troubles liés à l'usage de substances est une stratégie inefficace qui augmente souvent les méfaits. »

Elaine Hyshka, professeure adjointe, Faculté de santé publique, Université de l'Alberta (Instituts Canadiens de recherche en santé, 26 septembre 2019)