Tyrell Vail

Tyrell avait un coeur énorme et défendait toujours les personnes les plus vulnérables.

Par Julie Vail, mère de Tyrell Vail

Tyrell Vail est mort le 16 mai 2016, seul dans son véhicule dans un parking de Tim Hortons. Enfant heureux, il s’est toujours fait des amis très facilement. Il n’avait pas le moindre préjugé. Il était un élève au-dessus de la moyenne à l’école, il jouait au hockey, allait aux Cubs, et plus tard s’engageait dans les cadets de l’armée, ce qu’il adorait. Bientôt, il rêvait d’une vie dans les forces armées.

C’était une personne généreuse et il aidait toujours ceux qui en avaient besoin. Au début de ses vingt ans, lorsqu’il était célibataire et qu’il a rejoint les forces armées pour la première fois, il aidait tous ceux de ses amis qui étaient dans le besoin. Les jeunes femmes qui étaient ses amies savaient que si elles avaient des problèmes avec un petit ami violent ou si quelqu’un les dérangeait, Tyrell s’en occupait si elles l’appelaient. C’était un boxeur, et il n’avait pas peur de prendre la défense de l’opprimé. Il avait un cœur énorme.

Au lycée, il a commencé à essayer des drogues, notamment le cannabis, l’alcool et l’ecstasy, avant de passer au Dilaudid et au Percocet. Après avoir terminé ses études, il a vite compris qu’il devait s’éloigner des gens avec qui il tournait, et il a décidé de s’engager dans l’armée. Il est allé à un camp de base où il s’est bien débrouillé et n’a jamais consommé de drogue. Mais une fois diplômé, il a été stationné sur une base militaire à 45 km de chez lui, et bientôt il a recommencé à consommer des substances.

L’armée l’a envoyé dans un centre de désintoxication et il s’en est bien sorti pendant un certain temps, mais peu après, il a rechuté. Ce cycle continu de rechute/rétablissement a duré 5 ans. L’armée l’a envoyé chez un spécialiste de la santé mentale, mais après une ruine financière, plusieurs relations rompues et le fait qu’il ait été tenu à l’écart de sa fille, cela s’est prouvé être trop, et il a décidé de se suicider. Nous ne le saurons jamais si c’était accidentel ou intentionnel, mais le nombre de médicaments différents présents dans son corps au moment de sa mort était trop élevé pour qu’il puisse survivre.

En savoir plus: Tyler était aussi un athlète talentueux. Il passait ses hivers à jouer au hockey et ses étés à jouer au base-ball.

Des semaines après sa mort, j’ai découvert le groupe Moms Stop the Harm en ligne en recherchant les substances trouvées dans son corps. Cela a changé ma vie. Venant d’une petite ville où personne ne parle de la consommation de substances, cela m’a tellement aidé dans ma souffrance de voir que ma famille n’était pas seule. La nôtre était, malheureusement, une parmi tant d’autres ; et quand nous avons besoin de parler, nous sommes toutes là pour nous aider les unes les autres. Je suis tellement reconnaissante pour ces femmes courageuses dans ma vie

Il laisse derrière lui deux filles, une petite amie, une mère, un père, un frère, d’autres membres de sa famille et des amis à qui son grand sourire et son cœur immense manquent. C’est une telle perte d’un bon homme et un bon soldat. 

About Canadian Drug Policy Coalition

Advocating for public health- and human rights-based drug policies grounded in evidence, social justice, and compassion. www.drugpolicy.ca