Qu’est-ce que la stigmatisation?

La stigmatisation est le fait d’avoir des attitudes ou croyances négatives à l’égard d’individus en raison de qui ils sont, de ce qu’ils font ou de leurs circonstances de vie. Les attitudes ou croyances négatives peuvent concerner la race, la classe sociale, le comportement ou d’autres caractéristiques. De nombreuses personnes qui consomment des drogues ou qui en ont déjà consommé vivent de la stigmatisation fréquemment, voire quotidiennement. Puisque plusieurs activités liées à la consommation de substances sont criminalisées, comme la possession et le trafic de drogues, les personnes qui consomment des drogues sont souvent stigmatisées à la fois comme consommatrices et comme criminelles.

La stigmatisation est néfaste car elle crée de réels obstacles à l’accès aux soins de santé, au soutien juridique et à des services sociaux essentiels. Cela entraîne un cycle néfaste perpétuel : les personnes qui bénéficieraient le plus de l’aide ne peuvent y accéder et sont encore plus marginalisées dans la société. 

La stigmatisation peut être individuelle et sociale. Des individus peuvent sentir qu’ils sont la cible de préjugés, de stéréotypes, d’étiquettes et de discrimination par la façon dont les autres les perçoivent, ou même en raison d’une honte intériorisée envers eux-mêmes. Nous pouvons tous et toutes contribuer à l’élimination de cette forme de stigmatisation en créant un climat d’empathie à l’égard des personnes qui consomment des drogues, en employant un langage non stigmatisant et en encourageant l’utilisation d’images non stigmatisantes dans les médias et ailleurs. Nous pouvons discuter plus ouvertement de la consommation de drogues en nous appuyant sur des données plutôt que des convictions morales. Et nous pouvons inclure davantage les personnes qui consomment des drogues, comprendre véritablement leurs situations et leurs vies et avoir de l’empathie pour elles.

Enregistrement d’art par Annalee Kornelsen; 2018

La stigmatisation peut être structurelle. Parfois, des services comme les soins de santé, les services gouvernementaux et la surveillance policière stigmatisent des individus de par leur fonctionnement. Lorsque des fournisseur(-euse)s de services ignorent les demandes de personnes qui consomment des drogues, ne les prennent pas au sérieux ou refusent de les diriger vers les services nécessaires en raison de leur consommation de substances, ces personnes peuvent se sentir stigmatisées et abandonnées par le système qui était censé les aider. Nous pouvons aider à réduire la stigmatisation structurelle en demandant et en offrant des services sociaux et de santé inclusifs et exempts de préjugés.

La première étape pour réduire la stigmatisation consiste à parler avec compassion et respect de la consommation de drogues et des personnes qui en consomment. Cela peut se faire des manières suivantes :

  • Adopter un langage centré sur la personne. Par exemple, « personne qui consomme des drogues » ou « personne ayant une expérience vécue », et non « utilisateur(-trice) de drogues ».
  • Éviter les expressions comme « abus de drogues » ou « mauvaise utilisation de médicaments ». Utiliser plutôt « consommation de substances ». 
  • Éviter le jargon et les expressions péjoratives comme « drogué-e », « junkie » et « cocaïnomane ».
  • Adopter un langage qui exprime l’attention et la préoccupation plutôt que le jugement.
  • Intervenir lorsqu’on entend ou voit quelqu’un se faire traiter ou parler de manière irrespectueuse.

About Canadian Drug Policy Coalition

Advocating for public health- and human rights-based drug policies grounded in evidence, social justice, and compassion. www.drugpolicy.ca